FABIENNE JOLY RÉSOLUMENT À LA TÊTE DE LA CHAMBRE D’AGRICULTURE

Déterminée et résolue, Fabienne Joly a démarré sa mandature fermement avec trois priorités, le foncier,
l’installation et la réalisation d’un pôle technique.
Rencontre instructive avec une présidente offensive !

CTV : Fabienne Joly, pouvez-vous nous parler de ce qui représente pour vous, beaucoup plus qu’une profession, mais une passion, la vigne varoise ?
Fabienne Joly : Pour moi c’est familial. Et puis la viticulture qui ne cesse d’évoluer a toujours été très présente dans le Var .D’ailleurs incontestablement, le rosé qui est devenu la troisième couleur pour les amateurs de vin c’est l’emblème du Var.

3

CTV : Fabienne Joly, selon vous, quelles sont les lacunes que la Route des Vins est venue combler ?
Fabienne Joly : En 2008 quand le chantier de la Route des Vins a été lancé, il y avait beaucoup d’initiatives dans le vignoble pour ouvrir les caveaux, pour faire connaitre les vins et les sites, mais ce n’était pas structuré, et très peu lisible pour le grand public, les actions étant individuelles et isolées. Les acteurs professionnels (Appellations, Fédérations de Métiers, acteurs du tourisme et institutionnels) ont décidé de se mettre ensemble, pour promouvoir d’une seule voix l’oenotourisme en Provence. En 2011, la Route des Vins de Provence était lancée. Elle a permis de rassembler dès la première année 300 vignerons indépendants et caves coopératives, avec un gros travail d’animation de la Chambre d’Agriculture Provence Alpes Côte d’Azur sur le terrain pour présenter le projet, convaincre et réunir les forces vives.

CTV : Fabienne Joly quel bilan qualitatif et quantitatif en faites-vous ?
Fabienne Joly : Aujourd’hui nous avons atteint près de 450 adhérents (447 exactement) sur 3 départements (Bouches-du-Rhône, Var et Alpes-Maritimes) et 8 Appellations (Côtes de Provence, Coteaux Varois en Provence, Coteaux d’Aix en Provence, Les Baux de Provence, Cassis, Bandol, Palette et Bellet). Chaque année le réseau enregistre de nouvelles adhésions et la fidélisation est notable depuis le début. Cela s’explique par des actions diversifiées, toutes menées au service des vignerons et coopérateurs : un suivi qualité qui représente une centaine de visites par an dans le vignoble et un programme de formations pour professionnaliser les acteursviticoles aux métiers du tourisme (langues, accueil, aménagement du caveau, communication/ marketing, stratégie oenotouristique) et un programme de communication basé sur des outils performants (signalétique routière, carte officielle du réseau éditée à 40 000 exemplaires par an et diffusée sur 900 points – chez les adhérents et offices de tourisme de la région – un site web renouvelé en 2018) et de forts partenariats avec les acteurs touristiques (Provence Tourisme, Var Tourisme, les Offices de Tourisme labellisés Vignobles & Découvertes) Le bilan de la dernière décennie est globalement très satisfaisant mais tout n’est pas parfait et les enjeux de développement sont grands pour faire face à la concurrence d’autres vignobles en France ou à l’étranger

CTV : Fabienne Joly quels sont les schémas de croissance prévus ?
Fabienne Joly : Le nombre est une force, le réseau est puissant, solide et financé en grande partie par les vignerons eux-mêmes. Il est maintenant nécessaire de segmenter l’offre, de la qualifier pour mieux répondre aux= attentes des différents publics présents sur la région (résidents, touristes français et étrangers) qui n’ont pas les mêmes envies et les mêmes exigences. Ni les mêmes budgets != Chaque domaine ou cave coopérative a sa place dans la filière et dans le vignoble, à nous d’accompagner chacun d’entre eux pour que son offre soit qualitative et adaptée à ses clientèles, sans se comparer à ses collègues et voisins !

Aujourd’hui nous avons atteint près de 450 adhérents
(447 exactement) sur 3 départements (Bouches-du-Rhône,
Var et Alpes-Maritimes) et 8 Appellations (Côtes de Provence,
Coteaux Varois en Provence, Coteaux d’Aix en Provence,
Les Baux de Provence, Cassis, Bandol, Palette et Bellet).

CTV : Fabienne Joly quelles sont les pistes de montée en puissance souhaitables ?
Fabienne Joly : Notre région est l’une des destinations les plus connues au monde, et la notoriété des Rosés de Provence ne fait que renforcer cette attractivité. Il nous faut cependant continuer d’innover quand tous les indicateurs sont au beau fixe. Notre attractivité et notre rayonnement sont admirés, jalousés parfois et d’autres régions plus ou moins proches se lancent dans le développement de l’oenotourisme. Il ne faut pas se reposer sur nos lauriers et construire un positionnement fort autour de l’art de vivre et la gastronomie en Provence pour accompagner la montée en gamme de nos vins et aussi rassembler les produits d’exception dont nous disposons sur notre terroir, (huile d’olives, figue, truffe, miel…). Le patrimoine (culturel, historique, artistique, architectural, naturel et paysager) est aussi une force sur laquelle s’appuyer pour faire de la Provence une véritable destination oeno-gastro-culturelle,
qui compte dans le monde !

CTV : Fabienne Joly pouvez-vous nous parler des grands axes de votre mandature ?
Fabienne Joly : D’abord la reconquête et la préservation du foncier, puis l’aide à l’installation des jeunes agriculteurs et troisième mais
non des moindres, le technique avec l’accompagnement à l’innovation et à la conversion. Nous assistons les agriculteurs vers toutes
les demandes de certification comme par exemple la certification HVE.

CTV : Fabienne Joly quel message souhaiteriez-vous faire passer aux agriculteurs du Var ?
Fabienne Joly : Le monde entier nous regarde alors venez nous rencontrer nous sommes là pour vous aider à être à la hauteur de cette réputation.

CTV : Fabienne Joly quel message souhaiteriez- vous faire passer cette fois à tous ceux qui projettent de venir savourer les produits du terroir varois ?
Fabienne Joly : Nous goûter c’est nous adopter