Golfe de Saint-Tropez, destination passion

Saint-Tropez et Ramatuelle, partout sur n’importe lequel des cinq continents,
ce sont probablement les communes du Var qui sont le plus évoquées.

ST_TROPEZ

A Saint-Tropez, la capitale mondiale de la Jet set, des yachts presqu’aussi longs que des paquebots, des célébrités qui font la une des magazines people, du luxe qui s’affiche en vitrine à des tarifs prohibitifs, mais aussi, un petit port de pêche pittoresque, de vieilles ruelles aux maisons de guingois, c’est le golfe côté paillettes. Côté chapeau de paille, à Ramatuelle un village médiéval pittoresque qui invite à la découverte subtile de ses innombrables richesses. Impossible de résister à la volonté soudaine d’aller voir de près, si à moi aussi, le rêve allait se révéler. Alors, je l’ai vu et vécu. Récit de mon tête à fête avec un mythe devenu…réalité !
Me voici sur une des places les plus connues au monde : la Place des Lices, une place touchée par la grâce. Nous sommes samedi matin et c’est jour de marché. Le fameux marché provençal qui embaume toutes les senteurs des fruits et légumes de la région ainsi que les herbes de Provence. Mes papilles frétillent. Les établis partis et le marché fini, je m’attable au café des Arts. Un drink dans mon verre, j’assiste en direct, au concert des boules de pétanque qui s’entrechoquent et au soleil, brillent et scintillent au cours d’une partie VIP. Les jolies boutiques de luxe dans les rues parallèles m’appellent pour admirer silencieusement leurs vitrines, ou plus…si affinités avec mon découvert bancaire. Je passe sous un portique, et je suis au vieux port devant un autre marché tout aussi réputé : le marché aux poissons. Face aux yachts rutilants et étincelants, je fais une halte très tendance à une des terrasses les plus photographiées au monde, celle du café Sénéquier. C’est le moment d’entamer la deuxième partie de mon programme. Celle qui va me révéler vraiment Saint-Tropez et le côté dissimulé de son âme. Un circuit qui dévoile délicatement petit à petit, ses innombrables trésors. A commencer par la partie du littoral appelée « la pointe » Me voici devant un édifice emblématique du village, le Musée de l’Annonciade réputé pour sa magnifique collection d’oeuvres pointillistes et post-impressionnistes.

Saint-Tropez la branchée est un village aux innombrables visages, patrimoine superbe oblige, je découvre la cité de la religiosité. Je le constate de visu en admirant de magnifiques monuments d’art religieux tels que l’église paroissiale Notre-Dame de l’Assomption, les chapelles Sainte-Anne et de la Miséricorde. C’est aussi un village qui a laissé des témoignages d’une vie heureuse et glorieuse à travers les âges comme le lavoir Vasserot et sa fontaine, la tour Jarlier, le château et le parc de la Moutte, la villa « La Hune » et son jardin et l’escalier appelé Corsaire ». Mais impossible de visiter Saint-Tropez en me contentant d’un parcours de jour. Il me faut absolument mon tête à fête avec la night life made in Saint-Tropez. Je commence pour me mettre en jambes, aux Caves du Roy, le club très connu et très select de l’hôtel Byblos. Je continue ma nuit tropézienne sur le dancefloor du VIP Room. Une discothèque repaire de stars et un décor propice aux démonstrations très sonores en 100 bpm minimum (Beat Per Minute, la mesure du rythme de la musique techno, mes oreilles s’en ouviennent encore des sets (les shows sons et lumière) des DJ internationaux tels que Martin Solveig. Je finis ma nuit et débute ma journée dans un ciel qui commence à rougeoyer en allant de petites rues en ruelles. Voilà la célébrissime église avec son clocher orangé et je commence à grimper par une petite rue pentue vers la citadelle du XVIème siècle. J’ai devant moi un panorama grandiose : les façades et toitures multicolores des immeubles du port et son plan d’eau, la mer, le clocher, le village et tout le Golfe de Saint-Tropez.

Ramatuelle
Grisé par cette nuit infinie et une matinée qui s’annonce satinée, me voici dans un village médiéval typiquement provençal qui surplombe toute la baie de Pampelonne : le village de Ramatuelle, niché sur la colline de Paillas dans une nature verdoyante et luxuriante. A la différence de sa voisine, Saint-Tropez, ici le mot tranquille s’expérimente de manière subtile. Une cité où chaque témoignage révèle la vie immuable du village. Me voici devant « l’échoppe » une maison représentative du style architectural local, faite de granite. C’était au XVème siècle une échoppe de commerçant ou d’artisan. Puis devant un lieu de partage depuis le XVIIème siècle : le lavoir de Font-d’Avaou. De curiosité en curiosité, j’arrive à des raretés. Un élément architectural en métal, au numéro 2 de la place Gabriel Péri. Je descends la rue qui part du clocher et longe les remparts et me voici devant des bâtisses au style mauresque, naguère un hammam et plus récemment, les anciennes prisons. La Porte Sarrasine me tend ses gonds installés en 1792 pour fermer la porte à l’aide de deux ventaux. Devant moi, Cap Taillat le paradis où embaument myrte et romarin et où s’épanouissent la faune et la flore locale ainsi que limite naturelle entre La Croix Valmer et Ramatuelle avec, en contrebas, la Bastide blanche. Puis c’est Cap Camarat, ses pins et ses chênes soudés aux rochers de granulite rugueux. Et aussi, l’un des phares les plus élevés de France (129,80 m). A l’horizon, partout autour de moi, cultivée sur une superficie de 750 hectares soit 20% de l’espace communal, un élément qui participe beaucoup à l’identité et la personnalité du village : la vigne. Et à perte de vue les kilomètres de sable fin de la plage de Pampelonne. Entre Cap Taillat et Cap Camarat, ce ne sont que petites plages, criques, aux eaux transparentes face à du sable doré. Ici pas de lunettes de soleil façon VIP qui veut rester incognito. Juste pour savourer les fonds marins et leur beauté …masque et tuba !

Pour y accéder : Sorties autoroute A8 (Marseille / Nice)
Le Luc : direction Saint-Tropez Si vous êtes l’heureux propriétaire d’un avion privé, vous pouvez arriver par l’AÉRODROME INTERNATIONAL DU GOLFE DE SAINT-TROPEZ – LA MÔLE (15 KM) 31, route du Canadel, 83310 La Môle
Ou vous la jouer star en hélicoptère HÉLI SÉCURITÉ Héli Sécurité assure la liaison jusqu’à l’Héliport de Grimaud et vous emmène en voiture à Saint-Tropez. Connections des Aéroports de Nice et Toulon.

Le saviez-vous ?
Le nom de Ramatuelle : Il est d’origine incertaine. Ce serait soit Rahmatu’llah : qui veut dire en arabe « providence divine ». Ou peuplade des Camatullici. On disait à l’époque la région des Camatullici. Le « R » de région aurait été remplacé par le « C » pour devenir Ramatullucci puis Ramatuelle. Le mystère demeure.

Quand Pampelonne fanfaronne :
Non, les 5 km de sable fin et d’eau translucide, les fêtes de la jet set avec des bouteilles de champagne et des additions à plusieurs milliers d’euros des plages de Pampelonne ne se passent pas à Saint- Tropez. Pour le cadastre, elles sont situées sur la commune de Ramatuelle

55 un chiffre mythique :

Dans les années 50, Pampelonne n’était qu’un no man’s land de sable. Bernard de Colmont, explorateur et collaborateur de Jacques Soustelle au musée de l’Homme, emmène pour les vacances de Pâques 1954 sa femme et ses trois enfants camper sur cette langue de sable clair. « Le lendemain matin, mon père nous demande : « Vous aimez ? Eh bien, vous êtes chez vous ! » » se souvient Jean, le fils aîné. Aussitôt dit, aussitôt édifié. Quelques mois plus tard C’est le tournage de « Et Dieu créa la femme ». On est en 1955, ce sera donc le Club 55. Le « Club 55  » fondé en 1955), est passé du stade du simple buffet de plage édifié pour les besoins de l’équipe du film mythique « Et Dieu créa la femme » avec Brigitte Bardot, à celui de restaurant de légende.

Les Alliés débarquent : C’est à Pampelonne le 15 août 1944 que
les forces alliées ont débarqué en Provence

Des sandales à la réputation internationale, les Tropéziennes :
Nées en 1927, voilà plus de 80 ans que la maison Rondini, la plus ancienne de Saint-Tropez, produit les fameuses chaussures à lanières. Des célébrités comme Colette ou Marlène Dietrich les portaient déjà . De nos jours, chaque pièce est toujours fabriquée à la main et sur mesure exacte de votre pied. Méfiez-vous des imitations ! Deux fois moins chères, elles sont deux fois moins solides… C’est BB qui a beaucoup contribué à l’image de Saint-Tropez : au musée, dans les boutiques et à La Madrague la propriété où elle se préserve, depuis plus de 60 ans, Brigitte Bardot est partout à Saint-Trop’.

Et Dieu créa la tarte :
Cette gourmandise exquise date de 1955 et c’est le pâtissier Alexandre Micka qui l’a inventé. BB qui l’avait publiquement apprécié a fait beaucoup pour sa célébrité. Depuis la recette est confidentielle et le secret bien gardé.

Une tropézienne de Paris : Brigitte Bardot
d’origine lorraine est née à… Paris

Petite voiture, grande stature :
Petite voiture sans toit, la Mini Moke est indissociable du mythe de BB. Pour acheter cette voiture désormais vintage, il faut quand même compter entre 10.000 et 20.000€ !

La belle bulle de Juliette Gréco :
Pour Juliette Gréco, l’après Saint-Germain des Près se situe à Saint- Tropez. À la Maia, son refuge entre ciel, mer et forêt de conifères, le mobilier joue du contraste entre noir et blanc et de la créativité poétique comme cette table construite autour d’un mûrier platane. Une bulle où vit désormais la … belle !

Oui chef :
Pour visiter le lieu des aventures du maréchal des logis-chef Cruchot et de son supérieur Gerber c’est au Musée de la gendarmerie et du cinéma de Saint-Tropez qu’il faut aller. Là où a été tournée la série de films « Le gendarme de Saint-Tropez»

Les voiliers se dévoilent :
on admire les manoeuvres audacieuses des plus beaux voiliers actuels ainsi que les plus traditionnels à partir du dernier week-end de Septembre et ce pendant une semaine lors des Voiles de Saint- Tropez.

Savez-vous danser et chanter Saint-Tropez ? :
le titre Twist à Saint-Tropez, interprété par Dick Rivers et ses Chats sauvages sera le tube de la saison 62 où il chante sur un twist
endiablé que toutes les danses naissent ici. Ce serait la version québécoise, qui aurait inventé le fameux douliou douliou. Il y’a aussi une chanson roumaine en Manele, le style musical propre à la communauté Rom. Un Saint-Tropez musical beaucoup plus ….exotique ! La Ponche, promenez-vous dans la légende de Saint-Tropez ! Comme Sagan, qui en avait fait son refuge du Sud, après avoir descendu la Nationale 7, pieds nus dans sa Jaguar et Brigitte Bardot qui y tourna une scène culte du film « Et Dieu… Créa la Femme » sur la Plage de la Ponche, ce quartier est un des plus beaux fleurons à l’horizon. On s’y perd dans des petites rues de caractère et on découvre des criques et des plages confidentielles devant de vieux bâtiments aux devantures où l’on célèbre le mariage d’amour chromatique entre l’ocre, le rose , l’orange et le vert-bleu turquoise des eaux translucides. En faisant la balade qui va du port à la baie des Canebiers, c’est l’endroit idéal pour marcher et contempler endrement enlacés, le coucher du soleil .

Un cimetière VIP :
C’est un lieu lumineux et au-delà de tous les clichés, l’un des cimetières les plus remarquables de France. On y a une vue panoramique sur le Golfe de Saint-Tropez et la baie des Canebiers. Beaucoup de célébrités l’ont choisi pour y être enterré. Ainsi c’est là que repose le chanteur et compositeur Pierre Bachelet, tout comme Roger Vadim, disparu le 11 février 2000, quasiment à proximité de la Madrague, là où vit aujourd’hui son actrice fétiche : Brigitte Bardot. Mais la tombe qui monopolise le plus de visiteurs, c’est celle du producteur de musique et roi de la fête tropézienne, Eddie Barclay. Faite de disques, elle détonne dans le paysage. Si très nombreuses sont les stars qui ont élu Saint-Tropez pour y vivre leur vie, certaines ont choisi son cimetière pour y vivre leur… mort !