CÉDRIC BESSE, ASSOCIATION SYNDICALE DE PORT GRIMAUD

Cédric Besse, Directeur du Conseil syndical de Port-Grimaud I

Cédric Besse, Directeur du Conseil syndical de Port-Grimaud I

« Une cité où l’on prend son temps »

Si je vous dis que la réputation de la commune tient principalement à la cité lacustre, vous êtes d’accord ?

Pas tout à fait. La commune de Grimaud, située au coeur du golfe de St Tropez, a une identité très forte et une histoire riche dont témoigne l’important patrimoine. La cité lacustre en fait partie et c’est un élément important d’attractivité. Au final, je parlerais plutôt de juste équilibre entre les atouts que propose la commune de Grimaud et son port.

Pouvez-vous nous rappeler les grandes étapes de la construction de Port-Grimaud ?

La cité Lacustre est l’oeuvre d’un architecte alsacien, François Spoery. Le permis de construire a été accordé le 14 juin 1966. Après les travaux, la promotion immobilière a été menée dans les années 70 et les travaux se sont achevés quelques années plus tard.

Quelle était la volonté qui a guidé l’oeuvre de F. Spoery ?

Sa principale préoccupation était d’insérer Port-Grimaud durablement dans le temps et on peut dire qu’il y est parvenu. L’idée-phare, permettant aux habitants de voir leur bateau depuis le salon de leur appartement était originale et elle le reste encore aujourd’hui. Par ailleurs, F. Spoery se plaisait à rappeler qu’avec Port-Grimaud, il avait « offert 7 kms de rivages supplémentaires à la France ».

La cité lacustre est un domaine privé. Comment parvient-on à concilier l’ouverture au tourisme et la quiétude des habitants ?

Port-Grimaud I est effectivement une cité résidentielle mais aussi commerciale. Les propriétaires sont extrêmement attachés à ces services de proximité. Quant à la cohabitation,cela demande bien sûr le respect de certaines règles de bienséance et de savoir-vivre. Mais les choses se passent plutôt bien dans l’ensemble.

Combien de personnes visitent Port-Grimaud chaque année ?

Nous accueillons plusieurs centaines de milliers de touristes chaque année. Sans oublier les propriétaires de logement étrangers qui sont nombreux. Bien évidemment, la plupart sont attirés par la découverte de la cité par la mer. C’est d’ailleurs de là que vient le qualificatif de « Venise provençale » de Port-Grimaud.

Avez-vous un conseil à leur prodiguer pour profiter pleinement de Port-Grimaud ?

Notre volonté n’est pas de faire de la cité lacustre un endroit de passage. On doit prendre le temps de découvrir Port-Grimaud. Il faut savoir apprécier tous les trésors que recèle la cité: les couleurs qui changent, le bruit des bateaux ou un coucher de soleil, par exemple attablé à une terrasse. Je vous promets alors une expérience des plus appréciables.