Domaine de la Tuilerie à Hyères – Hélène Cauvet la femme qui perpétue une tradition de passion de génération en génération

11

Depuis l’ère lointaine de l’arrière-grand-père,  il y a cinq générations de cela, le domaine de la Tuilerie est emblématique et caractéristique. A l’avant-garde de tous ces beaux domaines de Provence où l’amour de la vigne bio et de la nature est roi. Avec Hélène Cauvet la conversation vaut… dégustation !

Pouvez-vous nous raconter l’histoire du nom du domaine de la Tuilerie et celle de la saga de votre famille ?
Héléne Cauvet : Cela remonte à l’époque où ici il y avait une ancienne tuilerie qui fabriquait des pots pour transporter des fraises et des violettes. Depuis le domaine, c’est une belle histoire familiale qui a commencé il y a cinq générations. L’origine c’est mon arrière-grand-père, qui en avait fait sa maison de campagne. Son fils, mon grand-père l’a transformé en cave. Moi je continue cette tradition. Tout comme mes enfants qui ont bien l’intention de s’inscrire dans la dynastie familiale.

Pourquoi ce choix délibéré du bio ?
Héléne Cauvet : D’abord par respect de la nature. Ensuite parce que nous cultivons sur des coteaux. Donc nous avons choisi de miser sur la qualité plutôt que sur la quantité.

Dans votre production, quels sont les vins que vous recommandez ?
Héléne Cauvet : AOP côtes de Provence blanc. C’est un vin plus minéral qui fait bien ressortir toutes les qualités du terroir et du terrain schisteux

Quelle est la particularité de la dénomination Côte de Provence  la Londe ?
Héléne Cauvet : C’est une dénomination qui bénéficie de tous les bienfaits d’un terroir maritime.

2018 un bon millésime ?
Héléne Cauvet : En quantité non, en qualité oui.

Votre verger lui aussi est-il bio ?
Héléne Cauvet : Je le situerais plutôt du côté de l’agriculture raisonnée.

Quelle est la spécificité de vos gites ?
Héléne Cauvet : Ce sont des gites familiaux avec une décoration rustique provençale, disposés en pleine nature.

Adhérente à la Route des Vins, quel est  le petit plus pour le domaine ?
Héléne Cauvet : Un grand plus du côté du référencement, de la publicité. C’est décisif pour nous faire connaître des touristes et pour que l’on entende parler de la journée Portes Ouvertes que nous organisons en Juillet.

11

Quel est votre cépage préféré ?
Héléne Cauvet : Le grenache pour sa puissance aromatique.

Et votre cuvée préférée, pouvez -vous nous la décrire ?
Héléne Cauvet : La cuvée Alix : un vin équilibré, qui a du nez, floral, avec de la fraicheur en bouche et une bonne longueur.

A votre avis pourquoi la Provence est-elle une terre d’excellence ?
Héléne Cauvet : Grande productrice de primeurs, c’est une terre de douceur favorisée par la diversité des climats.

La France mise à part, quels pays vont devenir selon vous  de grands producteurs de vins de qualité ?
Héléne Cauvet : Nouvelle Zélande, Australie, Afrique du Sud et Chili, je trouve leurs vins agréables.

12

Comment voyez-vous la Tuilerie dans 10 ans ?
Héléne Cauvet : Caractérisée par la continuité, ce sera toujours un domaine familial , car mes enfants auront repris le flambeau.

Votre vin favori ?
Héléne Cauvet : Le St-Julien rouge pour ses innombrables qualités de goût.

Une histoire de vin que vous aimez raconter ?
Héléne Cauvet : Le petit-fils d’Emile Zola est venu dans notre cave. Ici nous cultivons la vigne mais lui, avec sa barbe et son look très particulier cultive la ressemblance avec son grand-père !

Pour le vin, le détail qui tue ?
Héléne Cauvet : Celui qui vient déguster nos vins avec un chewing-gum dans la bouche..

Celui qui vous fait craquer ?
Héléne Cauvet : Le grand sourire de tous ceux qui sont prêts à nous écouter avant de déguster !

En quelques mots, comment donneriez- vous envie de déguster vos vins ?
Héléne Cauvet : Les savourer c’est boire la Provence .

Quel serait le portrait chinois de votre production ?
Si c’était un arbre fruitier ? Un amandier
Un fruit ? Une des pêches magnifiques du domaine dont raffolait mon grand-père
Un légume ? Un poivron bien rouge qui brille
Un Plat ? Une côtelette d’agneau aux sarments de vigne
Une fragrance ? L’odeur d’une feuille de vigne quand on la froisse
Un Parfum ? Jungle de Kenzo
Une chanson ? Femmes je vous aime de Julien Clerc
Une teinte ? Le rouge des cerises et des pastèques
Un toile de maître ? La Cène de Leonard de Vinci
Un animal de compagnie ? Un chat
Un animal sauvage ? Une tortue marine des Galapagos
Un livre ? Le parfum de Daniel Süsskind
Un film ? Shape of water
L’objet que vous emporteriez sur une île déserte ? l’Assommoir d’Emile Zola