Rencontre avec Pauline Giraud et Clément Minne, les vignerons nomades

Domaine Gueissard au Beausset

GIRAUD

Racontez nous votre histoire, Vous êtes un très jeune couple, néanmoins la passion de la vigne et le professionnalisme vous animent , d’où vient cette passion commune ?
Mon compagnon Clément est d’origine belge, originaire du Beausset, il a 32 ans et moi, je suis d’origine ardéchoise, j’ai 34 ans. Nous nous sommes rencontrés lorsque nous étions étudiants en BTS viticulture oenologie, à Orange. Nous étions tous les deux dans la même classe. Une histoire d’amour est née entre nous, puis à la fin de nos études, nous sommes partis tenter l’expérience de la vinification en Australie et en Nouvelle Zélande ; Notre belle histoire s’est poursuivie avec le Domaine Gueissard qui doit son nom à nos premières parcelles de vignes exploitées en 2010, sur le lieudit Gueissard à Saint Cyr sur Mer. Après un passage sur Sanary sur Mer, nous nous sommes installés définitivement ici au Beausset, à proximité de nos parcelles.

Quelle est la particularité de vos vins et du vignoble Gueissard ?
Les vins de notre domaine sont des vins confectionnés avec une multitude de cépages. En effet, le décret, dans le cahier des charges de l’appellation Bandol, nous permet l’assemblage multiple de cépages ; Or, lorsque nous avons débutés, nous avons eu la chance de récupérer des vignobles en fermage ou à l’achat, avec une multitude de cépages à portée de main, ce qui nous a donner l’opportunité de jouer avec les trois appellations : Le Vin de Pays qui est notre entrée de gamme, Les Côtes de Provence en trois couleurs, qui représentent la part la plus importante de notre gamme et enfin l’appellation Bandol, des vins hauts de gamme, dit de gastronomie, complexes et structurés. Et enfin nous vendons 70 pour cent de notre production à l’export.

BEAUSSET
Quelles sont les techniques de vinification et les méthodes particulières de récolte que vous utilisez ?
Pour le Rosé, nous portons une attention très particulière à la récolte des raisins sains et entiers exclusivement. Comme l’exige le décret de l’appellation Bandol, le qualitatif prime sur le quantitatif, aussi, lors des vendanges, la récolte se fait exclusivement à la main, on choisit les plus belles grappes que l’on place dans des caissettes. Nous récoltons également les Côtes de Provence et le Vin de Pays à la main. De cette façon, cela empêche la libération du jus précocement et évite l’oxydation ! les raisins sont refroidis en chambre froide, triés sur une table vibrante, et refroidis une deuxième fois dans un échangeur, un tuyau à double paroi, l’eau glacée ne rentre pas en contact avec le raisin mais c’est ce froid qui permet d’obtenir des rosés aromatiques et très pâles tant prisés. Quant au Rouge, nous mettons l’accent sur le contrôle de la maturité optimale. Un raisin bien mûr libère toutes ses caractéristiques. Nous avons peu de rendement en rouge pour obtenir une qualité maximale, issue de vieilles vignes qui ont 60 ans. Nous ne filtrons pas le vin rouge, afin de conserver plus de matière et plus de concentration et enfin, nous laissons les levures indigènes présentes sur le raisin pour laisser le terroir s’exprimer, ce qui donne des vins rouges puissants avec de la rondeur et de la finesse. L’élevage se fait en barrique (bois). La récolte de 2017 a été une toute petite récolte, avec moins de volume que pour 2016 mais la qualité a été au rendez vous , le millésime 2017 est excellent . N’est pas Bandol qui veut !

Le Var est une terre bénie des dieux, une terre bénie des cieux ? Etes -vous d ‘accord avec cette citation ?
Oui totalement, lorsque nous sommes arrivés dans le Var, à Sanary , j’ai été surprise par, l’environnement, le climat, par les espaces naturels et par la mer… Avoir la mer tous les jours à portée de vue, c’est quelque chose de spectaculaire ! et la couleur, j’ai été surprise par la couleur, le Vert, le vert des collines…. Le vert des forêts…. Le vert des vignes ….et les odeurs aussi … les odeurs de la garrigue, les odeurs des pins et de la résine de pins l’été, et bien entendu, le plaisir de vivre dans le Var ….

Quels sont vos lieux de prédilections dans le Var ?
Evidemment Sanary, son art et sa douceur de vivre qui restera pour cela un village inoubliable, le village de la Cadière, le village paisible du Castellet et enfin le Beausset qui nous a merveilleusement accueillis.

Avez-vous des adresses de bonnes tables à recommander auprès des lecteurs de notre magazine ?
Oui Nous avons un véritable coup de coeur pour 3 tables gastronomiques : Le Carré de Vigne à Toulon qui figure dans le guide Michelin, La P’tite Cour à Sanary qui nous suit depuis nos débuts, et le restaurant Riviera 3 au Brusc , à Six Fours.

Et enfin, que pensez vous de notre magazine Le Cahier du Tourisme Varois ?
Le Cahier du Tourisme Varois est une véritable rencontre, une équipe très professionnelle ! C’est un magazine plein de couleurs et de peps, très complet, avec de très belles photos, et des informations très complètes.