ROBERT BENEVENTI, MAIRE D’OLLIOULES

Maire et chef d’entreprise, père de famille comblé et heureux grand père de 4 petits enfants, Robert BENEVENTI a toujours été très attaché à sa belle commune d’Ollioules dont il est le maire depuis le 11 mai 1998. Vice président de Toulon Provence Méditerranée, président du Scot Provence Méditerranée et de l’Agence d’Urbanisme de l’Aire Toulonnaise, il est aussi Conseiller Régional aux côtés de Christian Estrosi.

CTV : Pour vous Ollioules est le premier village provençal depuis le bord de mer, parlez-nous de ses paysages ?
RB : Olllioules est un village aux racines provençales authentiques, disposant d’un patrimoine architectural et naturel exceptionnel, son église romane classée, la Courtine, le Gros Cerveau… Victor Hugo a cité Ollioules dans la revue « Alpes et Pyrénées » où après la traversée des gorges d’Ollioules qu’il trouva dantesques, il pensa avoir trouvé le jardin des Hespérides en arrivant aux pieds des collines d’Ollioules, plantées d’orangers et d’Oliviers.

rade_Toulon_depuis_mont_Faron
CTV : Ce patrimoine historique et naturel très riche doit nécessiter une protection de tous les instants ?
RB : Oui, des actions concertées ont été mises en place avec les enfants des écoles, du Conseil municipal des jeunes, permettant l’obtention du label « Mon village espace de biodiversité », la revalorisation du fleuve côtier la Reppe avec le soutien de l’amicale de la Reppe, l’entretien des berges avec des jeunes en contrat d’insertion… Nous avons le 1er parcours de pêche en famille du Var et dans le Détras une opération pilote gérée par l’ONF a permis de libérer des essences nobles, oliviers, arbousiers…Le marché des producteurs locaux créé en 2012 au quartier de la Gare, sous une ancienne Halle aux Fleurs connait un succès croissant. 25 parcelles de jardins familiaux ont aussi été réalisées.

CTV : Culture et création artisanale sont mises en avant notamment depuis 1998 avec le label «Ville et Métiers d’arts»
RB : Dans le coeur historique du village nous avons fait l’acquisition de locaux en rez de chaussée pour installer des artisans d’art. La nouvelle galerie de l’olivier accueille toute l’année des expositions d’artistes locaux et propose dans sa boutique les créations uniques des métiers d’art ollioulais.Un atelier d’écriture, et une université du temps libre proposent des rendez-vous incontournables : conférences, printemps des poètes…L’orchestre d’harmonie la Lyre Provençale riche de 5O musiciens, la troupe Lou Tiatre d’Oulieulo, ou Lou Fougau Prouvençau font partie intégrante de la richesse de notre vie associative qui compte des centaines de bénévoles tous très attachés à notre commune.

CTV : Ollioules ce sont aussi des anches pour instruments à vent exportées dans le monde entier
RB : La société Marca, entreprise du patrimoine vivant, fabrique des anches pour clarinettes, saxophones, hautbois… avec le roseau de Provence. Elle exporte en Russie, aux USA, en Allemagne… Un produit lié à la qualité exceptionnelle du terroir Ollioulais. Notre commune est pour cela une terre bénie des Dieux.

CTV : Quels sont les produits du terroir incontournables ?
RB : l’huile d’olive car l’olivier est le symbole de notre commune. Le moulin triture 200 tonnes d’olives par an. Le nougat est aussi un produit typique. L’entreprise familiale Jonquier innove dans le respect d’une tradition vieille de 130 ans. Le domaine de Terrebrune offre des crus d’exception et fait partie de la Route des Vins. Les fleurs d’Ollioules font aussi la fierté de la commune : glaïeuls, anémones, et soucis oranges à coeur vert.

CTV : Que pensez-vous du magazine CTV ?
RB : Il faut encourager toutes les initiatives mettant en lumière notre département. Votre magazine va dans ce sens. Il est utile, agréable à lire. Le Var s’apprécie toute l’année et votre magazine est un véritable coup de projecteur pour les professionnels du tourisme.

ollioules-fete-olivierCTV : Avez-vous réalisé vos rêves d’enfants ?
RB : Je rêvais d’une manifestation attirant de nombreux visiteurs, j’ai réussi avec la fête de l’olivier. Je voulais trouver une issue à la friche du Marché Floral, aux côtés de TPM nous avons salué,en janvier 2016, l’arrivée de 1200 ingénieurs et cadres de DCNS. Mon rêve c’était aussi la Reppe, elle était en disgrâce. Aujourd’hui elle est chaque jour plus agréable. Alors, c’est vrai, il faut réaliser ses rêves d’enfants…. Enfant, je rêvais d’être le Maire d’Ollioules.