Bormes les Mimosas, la gloire de l’histoire et toute la magie d’un territoire

69

Bormes les Mimosas,  la ville aux 12 fontaines, avec à chacune leur histoire, qui viendrait du celte : « eaux jaillissantes ». On a tous eu obligatoirement ce nom sous les yeux ou dans le creux de l’oreille. Afin de voir pour savoir et de tomber aussitôt sous le charme, zoom sur un coup de cœur pour un village du Var en fleurs, classé comme l’un des plus beaux détours de France !

Entre deux virages dessinés à même le massif des Maures, dans un panorama qui va de l’azur à l’émeraude, alors que l’on contemple la Méditerranée, reviennent en mémoire les paroles de la chanson Bormes les Mimosas, d’Henri Salvador : «d’eau et de sable d’or ». L’image surpasse l’imagination. Vous êtes dans le village, devant les vénérables demeures aux tuiles de couleur rose pastel et rouge grenat, posées en gradin face à la mer, les vieux remparts, les vestiges du château et les petites rues en fleurs, toutes en lacets encadrées par des murs de pierre, recouverts d’une végétation luxuriante. C’est la fameuse pierre de Bormes. Toutes ses facettes constituées de schiste sont naturellement douées pour capter et captiver la lumière. Mais ici le chemin le plus court entre deux curiosités n’est pas la ligne droite mais bien au contraire de flâner de petite place en ruelle. Gorgées de soleil, parfumées naturellement par le jasmin, la glycine et évidemment les mimosas.

Progressivement, quartier après quartier, Bormes se dévoile en entier ; La Favière, avec ses plages de sable fin et son port de plaisance impose sa présence, le Pin en contrebas du village, Cabasson avec ses pinèdes préservées, sa route des vins, son côté très beaux coteaux et ses plages toutes en belles images considérées comme les plus belles de la Côte d’ Azur. Bormes les Mimosas, romantique pour son point de vue panoramique sur le village et les Iles d’Hyères.

70

C’est à voir 
Le moulin de mon cœur et autres bonheurs
Au carrefour des rues du Moulin et des Contours, la vieille meule négligemment adossée à la façade est là. Celle de la bâtisse XXX ailes, qui a marqué l’histoire du territoire: le moulin. Vous voilà devant La plus ancienne porte d’entrée. C’est celle d’une ancienne auberge située au 85, de la rue Carnot. Y figure toujours, l’année 1577, date de son édification. Au bas de cette rue, dans une impressionnante demeure du 18ème siècle aux plafonds de pierre imposants se situe le musée Art et Histoire.

En continuant à déambuler dans les ruelles, l’œil est attiré par ce qui contribue à faire depuis le XVIème siècle, la personnalité du territoire : les heurtoirs. Argentés, reproduisant des poissons, des mains, des têtes de lions, des oiseaux ou des fleurs, Ils décorent de nombreuses portes dans les ruelles de Bormes.

Au même titre que d’autres éléments caractéristiques de l’aménagement au fil du temps : les cuberts. On ne peut pas les manquer, ils sont bien en évidence juste au niveau du rez-de-chaussée.

Bien avant d’être la demeure présidentielle estivale,
Brégançon fut longtemps un repaire de… corsaires.

C’est à faire
Les grandes heures des belles demeures
Pour commencer, un petit tour à l’Eglise Saint-Trophyme pour ses trois nefs, sa cloche datant de 1684 et ses six bustes reliquaires. Il est alors temps de passer du sommet de l’Etat au sommet de Bormes les Mimosas à 324 mètres d’altitude, face à la chapelle de Notre Dame de Constance. Edifiée au XIIe S. par les Chartreux de la Verne sur la demande de Constance de Provence, fille de Robert le Pieux, c’est un monument roman par le style. Mais romanesque par l’histoire.

Il ne faut pas manquer la propriété «La Reine Jeanne» qui était réputée pour son défilé de personnalités. Tous aussi connus que Greta Garbo, Charlie Chaplin, Yul Brunner, les souverains de Belgique, des Pays Bas, d’Espagne, de Suède, du Danemark, du Luxembourg, Le Maharadjah de Jaïpur, Laurence Olivier, Aristote Onassis, Liz Taylor, Richard Burton,  Vivian Leigh, Otto Preminger et Paul Getty. Et bien sûr, l’ultra célébrissime Fort de Brégançon : Le Palais de l’Elysée provençal des Présidents de la République Française depuis 1968. Une résidence présidentielle à visiter en prenant un billet à l’office du tourisme. Bien avant d’être la demeure présidentielle estivale, Brégançon fut longtemps un repaire de… corsaires.